Se nourrir avec bienveillance



C'est quoi la bienveillance?


La bienveillance... un mot que l'on entend de plus en plus. Mais qu'est-ce que c'est exactement la bienveillance? Et l'appliquer à à son alimentation, à quoi cela pourrait-il ressembler?


Le dictionnaire nous dit que la bienveillance est la disposition d'esprit inclinant à la compréhension, à l'indulgence envers autrui. L'idée serait de pouvoir élargir la définition à soi!


Et la bienveillance dans l'alimentation?

Cela vous est-il déjà arrivé de vous fixer des règles? Mange comme-ci, pas trop de ça, il manque ci...

Est-ce que parfois votre repas est pris à la va-vite, à même le tupperware debout près de l'évier, un téléphone dans l'autre main?

Vous arrive-t-il de "craquer" pour des "cochonneries"?

Peut-il arriver que vous vous forciez à manger certains aliments parce-qu'ils sont plus sain que ce dont vous auriez vraiment envie?

Resistez-vous parfois à votre faim ou votre envie, pour "tenir" jusqu'au prochain repas?

Si c'est le cas, ne trouvez-vous pas tout cela un peu tyrannique?

Je vous propose d'essayer de prendre soin de vous à travers votre assiette, en quelques étapes.





S'observer pour mieux s'écouter


  • Apprendre à se rapprocher de ses sensations et ressentis: la faim, l'envie, le plaisir, le rassasiement, la satiété, les émotions... Il est toujours bénéfique de prendre le temps de regarder en soi pour mieux percevoir nos besoins, nos envies et pouvoir y répondre précisément.


  • Gagner en flexibilité et lâcher les règles

"C'est l'heure!" "Pas trop de féculents!" "Je n'ai pas assez faim pour m'autoriser un dessert""17h30, ce n'est plus l'heure pour un goûter"


Ce sont des pensées auxquelles vous pouvez choisir de ne pas adhérer!



Prendre soin de son assiette


  • Se préparer des plats qui donnent envie. De belles assiettes colorées avec une jolie présentation seront plus agréables à manger.


  • Manger de tout sans interdits. La salade sans vinaigrette, les crevettes sans mayonnaise, c'est quand même bien triste. Et... le carré de chocolat (ou deux, ou trois!) est le bienvenue si on l'apprécie en fin de repas.


  • Pas besoin de se la jouer top chef! Une assiette simple, mais avec des aliments qui vous font envie.



Choisir les bons mots


  • Penser du bien de ce que l'on mange. On ne "craque" pas pour une "cochonnerie"... mais on retombe en enfance en savourant une sucrerie qui nous y replonge.


  • Décrire ce que l'on mange avec plaisir: croquant, onctueux, acidulé, sucré...



Ne pas ménager le plaisir


  • Choisir des aliments qui nous font plaisir est essentiel! Manger des pâtes plusieurs fois par semaine? Toujours terminer son repas avec du chocolat? Pourquoi devrait-on se l'interdire?


  • S'autoriser à manger sans avoir faim. Pourquoi? Parce-que cela nous fait du bien , tout simplement! En revanche, si la culpabilité s'invite derrière, il serait intéressant de consulter un(e) diététicien(ne) spécialisé(e) dans le comportement alimentaire.



Aller vers des repas équilibrants


  • Chercher l'équilibre plutôt que la perfection. L'équilibre ne se fait pas sur un seul repas, mais dans la globalité. Le repas parfiat n'existe pas.


  • Equilibrant plus qu'équilibré. Le rôle d'un repas est de te faire du bien. Ton équilibre n'est pas celui des autres. Pense à ce qui te fais du bien à toi.



Pratiquer la pleine conscience




0 commentaire

Posts récents

Voir tout